Source Bel-Val
Société anonyme générale des eaux minérales de Bel-Val


Das Mineralwasserunternehmen Bel-Val im Jahre 1905: in der Mitte der 1902 errichtete 23 m hohe Filtrierturm, die Quelle befand sich im Turm rechts im Bild


Historique - Geschichtlicher Überblick
 

 

?

Source Bel-Val

Fondation par / Gründung durch:

Joseph Steichen

1891

Captage de la source Bel-Val. La source avait un débit de 300.000 l / jour. Température constante de l'eau: 10°C.

sous la direction de MM. Jean-Nicolas Klensch - Steichen, ingénieur Luxembourg et Joseph Heuskin, ingénieur, Pétange

 

Dominique Wagner (* 4.10.1869 Hagen; + 6.7.1944)

Betriebschef von 1892 bis 5.1914

   
1893

Marque de fabrique N° 359. — Le 29 mai 1893, à 5 heures du soir. — Joseph Steichen, conseiller à la Cour supérieure de justice à Luxembourg.
Une marque représentant un quadrilatère rectangle montrant une source jaillissante, surmontée d'une étoile et entourée de figures allégoriques, dont l'une tient en main une banderole avec l'inscription « Bel-Val.»
Cette marque, employée en plusieurs dimensions, est imprimée en noir sur fond blanc ou couleur; elle est apposée sur les étiquettes qui seront collées sur des bouteilles destinées à recevoir l'eau minérale dite «Eau de Bel-Val.»

7.1893 Début de l'exploitation régulière
8.1893 Constitution de la Société fermière des Eaux Minérales de Bel-Val
Siège social: Bruxelles
1893 E. Heymes, Concessionar der Quelle Bel-Val
1893 Vente de 30.000 bouteilles
Embranchement privé
Voie à petite section
personnel: 1 contre-maître et 6 ouvriers, en moyenne, par jour
Salaires quotidiens moyens: 2 fr / ouvrier
  Création d'un grand dépôt à Bruxelles
Création de dépôts à Anvers, Liège, Namur, Gand, Charleroi, Arlon, etc
Prix de vente pour toute la Belgique:
0,40 fr le litre; 0,30 fr le demi-litre
avec livraison à domicile,
et avec reprise du verre vide, à domicile également, à raison de 0,07 fr, resp. 0,05 fr
  Directeur: Arend
1895

Marque de fabrique N° 587 - Le 4 mai 1895, à 11 heures du matin.

Michel Gloesener, industriel, directeur-gérant de la Société fermière des eaux minérales de Bel-Val, dont le siège est à Bruxelles, 42, rue de Suède.

Un octogone, en noir ; au milieu un croissant en rouge, au haut du croissant les mots «Trade Mark», en bas «Marque déposée»; d'un côté un B, de l'autre la lettre V. Ces mots et lettres en blanc.
Cette marque est employée dans toutes les dimensions.

   
  « M. Aschman expose les essais qui ont été faits pour la préparation d’une Eau de Bel-Val au vin de peptone ; il s’est mis en rapport avec cette Compagnie par l’intermédiaire de M. Steichen. La Société après dégustation de cette Eau au vin de peptone décide de continuer ces relations. » (A.G. de la Fabrique de peptone de viande - 12.07.1897).
   
1897 Personnel / Belegschaft: 30
   
  Xavier de Wael, industriel, demeurant à Luxembourg, administrateur délégué de la société fermière anonyme des eaux minérales de Bel-Val, ayant son siège social à Bruxelles
   
28.10.1903

Constitution de la "Société anonyme générale des eaux minérales de Bel-Val"

Le capital social est porté à 200.000 fr., par la création de 1680 actions nouvelles de 100 fr. = 80 Mark chacune, venant s'ajouter aux 320 actions souscrites au moment de la constitution de la société

Action au porteur
Part de fondation au porteur

:Demi-Part de fondation au porteur

 

1° M. Auguste Friedel, représentant de commerce, demeurant à Strasbourg, pour 10 actions, les nos 321 à 330 inclusivement.
2° M. Emile Reeb, ancien pharmacien, demeurant à Strasbourg, pour 10 actions, les nos 331 à 340.
3° M Nicolas Punnel, inspecteur de cercle, demeurant à Metz, pour 5 actions, les nos 341 à 345.
4° M. Henri Braunshausen, directeur du comptoir de vente des sels, demeurant à Dieuze, pour 55 actions, les nos 346 à 400.
5° M. Auguste Braun, négociant, demeurant à Strasbourg, pour 12 actions, les n° 401 à 412.
6° M. Alex. Gagnerot, industriel, demeurant à Sarralbe, pour 10 actions, les nos 413 à 422.
7° M. L. Lefébure, propriétaire, demeurant à Frauenberg, pour 5 actions, les nos 423 à 427.
8° M. Lucien Boppe, ancien directeur de l'école forestière, demeurant à Nancy, pour 5 actions, les nos 428 à 432.
9° M. Emile Reeb, ancien pharmacien, demeurant à Strasbourg, pour 10 actions, les nos 433 à 442.
10° MM. Guillaume et Clement Blaise, négociants, demeurant à Aix-la-Chapelle, pour 6 actions, les nos 443 à 448.
11° M. Alph. Schmutz, pharmacien, demeurant à Dieuze, pour 2 actions, les nos 449 et 450.
12° M. Charles Boppe, rentier, demeurant à Nancy, pour 10 actions, les nos 451 à 460.
13° M. Emile Braunshausen, directeur d'assurance, demeurant à Nancy, pour 4 actions, les nos 461 à 464.
14° M. Théodore Schuster, employé, demeurant à Dieuze, pour 5 actions, les nos 465 à 469.
15° M Albert Bergmann, administrateur des salines de Chambray, demeurant à Strasbourg, pour 20 actions, les nos 470 à 489.
16° Mme Louise Ringenbach, rentière, veuve Ernest Kueny, demeurant à Dieuze, pour 10 actions, les nos 490 à 499.
17° M. le baron William de Stuckelé, administrateur-délégué des anciennes salines domaniales de l'Est, demeurant à Dieuze, pour 40 actions, les nos 500 à 539.
18° M. Em. Kirgis, fondé de pouvoir, demeurant à Dieuze, pour 3 actions, les nos 540 à 542.
19° M. François-Nicolas Marchal, directeur, demeurant au même lieu, pour 10 actions, les nos 543 à 552.
20° M. Edouard Cailloux, épicier en gros, demeurant à Thionville, pour 20 actions, les nos 553 à 572.
21. M. Jules Schaller, président de la chambre de commerce, demeurant à Strasbourg, pour 10 actions, les nos 573 à 582.
22. MIle Julie Schaller, rentière, demeurant à Strasbourg, pour 10 actions, les nos 583 à 592.
23. M. Jules Lallemont, président de la chambre de commerce, demeurant à Metz, pour 25 actions, les nos 593 à 617.
24. M. Frédéric Auguste Weissheimer, ingénieur, demeurant à Dieuze, pour 3 actions, les nos 618 à 620.
25. M. Eugène Chardin, hôtelier, demeurant à Vic-sur-Seille, pour 8 actions, les nos 621 à 628.
26° M. Paul Winckler, directeur de la filature de jute, demeurant à Bischwiller, pour 6 actions, les nos 629 à 634.
27° M. Guillaume Neubauer, rentier, demeurant à Bischwiller, pour 4 actions, les nos 635 à 638.
28° M. Max Meier, directeur de hauts-fourneaux, demeurant à Differdange, pour 15 actions, les nos 639 à 653.
29° M. Eugène Entz, directeur de la Société générale alsacienne de Banque, demeurant à Luxembourg, pour 6 actions, les nos 654 à 659.
30° M. Joseph Giver, négociant en gros, demeurant à Luxembourg, pour 2 actions, les nos 660 et 661.
31° M Louis Vilgrain, minotier, demeurant à Nancy, pour 3 actions, les nos 662 à 664.
32° M. Jean Schwebag, négociant, demeurant à Mersch-la-Gare, pour 30 actions, les nos 665 à 694.
33° M. Jean-Philippe Wagner, professeur honoraire, demeurant à Ettelbruck, pour 5 actions, les nos 695 à 699.
34° M. René Payelle, directeur du comptoir des sels, demeurant à Nancy, pour 6 actions, les nos 700 à 705.
35° M. L . Feydt, propriétaire, demeurant à Nancy, pour 10 actions, les nos 706 à 715 incl.
36° M. Nicolas Bastian, rentier, demeurant à Cutry, pour 10 actions, les nos 716 à 725.
37° M. Henri Wyon, rentier, demeurant au même lieu, pour 5 actions, les nos 726 à 730.
38° M. Nicolas Weyrich, directeur de pensionnat, demeurant à Echternach, pour 10 actions, les nos 731 à 740.
39° M. Nicolas Seiler, caissier, demeurant à Salzbronn, pour 5 actions, les nos 741 à 745.
40° M. Emile Wilhelmy, avocat-avoué, demeurant à Luxembourg, pour 10 actions, les, nos 746 à 755.
41° M. le Baron Charles de Gargan, rentier, demeurant à Luxembourg, pour 40 actions les nos 756 à 795.
42° M. Joseph Steichen, docteur en droit, demeurant à Luxembourg, pour 60 actions, les nos 796 à 855.
43° M. Henri Noel, ingénieur, sous-directeur à la soudière de la Madeleine, demeurant à Saint-Nicolas, pour 10 actions, les nos 856 à 865.
44° M. Auguste Loth, directeur de la saline de Haras près Sarralbe, demeurant à Sarralbe, pour 5 actions, les nos 866 à 870.
45° M. Marie-Louis Valentin, banquier, demeurant à Strasbourg, pour 40 actions, les nos 871 à 910.
46° M. Victor Mariatte, rentier, demeurant à Nancy, pour 20 actions, les nos 911 à 930;
47° M. Nicolas Bomb, négociant, demeurant à Luxembourg, pour 10 actions, les nos 931 à 940.
48° La Banque d'Alsace et de Lorraine ayant son siège social à Metz, pour 100 actions, les nos 951 à 1040.
49° M. Joseph-Léon Muller, directeur de banque, demeurant à Metz, pour 5 actions, les nos 1041 à 1045.
50° M. Théodore Bécquer, directeur de banque, demeurant à Metz, pour 5 actions, les nos 1046 à 1050.
51° La maison de commerce Charles Gastard et fils, ayant son siège social à Colmar, pour 10 actions, les nos 1051 à 1060.
52° M. Nicolas Schwebag, curé, demeurant à Oberkorn, pour 2 actions, les nos 1061 et 1062.
53° M. Auguste Lambert - Joigneault, restaurateur, demeurant à Châlons-sur-Saône, pour 5 actions, les nos 1063 à 1067.
54° M. Jean Souvignier, industriel, demeurant à Bissen, pour 40 actions, les nos 1068 à 1107.
55° M. Emile Souvignier, industriel, demeurant au même lieu, pour 5 actions, les nos 1108 à 1112.
56° M. Alfred de Hody, industriel, demeurant à Sarreguemines, pour 10 actions, les nos 1113 à 1122.
57° M. Charles Heister, architecte, demeurant à Metz, pour 30 actions, les nos 1123 à 1152.
58° M. Dominique Nepper, directeur de l'école agricole, demeurant à Ettelbruck, pour 10 actions, les nos 1153 à 1162.
59° M. Jean Lentz - Bastian, négociant, demeurant à Luxembourg, pour 5 actions, les nos 1163 à 1167.
60° M. Nicolas Wagner - Lentz, buffetier, demeurant à Luxembourg, pour 10 actions, les nos 1168 à 1177.
61° La susdite Banque d'Alsace et de Lorraine, pour 73 actions, les nos 1178 à 1250.

Les comparants MM. Henri Braunshausen et Jean Schwebag, agissant le premier en sa qualité d'administrateur et le second en sa qualité de directeur de ladite société, déclarent que les nouveaux actionnaires ont versé chacun au moins la moitié du capital par lui souscrit.

En dehors des nouvelles actions de capital il sera créé mille parts de fondateur nouvelles ayant les mêmes droits que celles prévues à l'art. 7, en sorte que le total de ces parts de fondateur s'élèvera au même chiffre de 1250, que celui des actions actuellement émises.
Ces nouvelles parts de fondateur sont attribuées :
A. Pour moitié, soit à raison d'une part de fondateur par deux actions, aux preneurs des 930 actions nouvelles et respectivement aux preneurs des 70 actions de la première émission, portant les numéros 251 à 320 inclusivement, qui par application de l'art. 8 B n'avaient pas bénéficié de parts de fondateur.
B. Pour l'autre moitié 1° jusqu'à concurrence de 35 pièces à M. Henri Braunshausen, comparant, à titre personnel et pour l'indemniser des frais et surtout de la peine considérable qu'il a eue à étudier la nouvelle combinaison au point de vue commercial et industriel et à en négocier l'acceptation auprès des différents intéressés.
2° Le surplus à M. Henri Braunshausen et à M. Jean Schwebag, comparants, pour les indemniser eux, ainsi que le groupe d'amis qui les assiste, des frais, peines et démarches qui seront rendus nécessaires par la constitution de la nouvelle affaire.

(Mémorial: A - N° 73 / 28.10.1903)

   
<=1904 Société générale des eaux minérales de Bel-Val, directeur Schwebag in Mersch
   
17.5.1907

Incendie

 

Source minérale Bel-Val

Extraits de la nouvelle étude sur l’eau minérale de Bel-Val par MM. d’Huart et Grechen (première partie par M. d’Huart).

Aperçu historique, — La source minérale de Bel-Val est connue depuis un temps immémorial. On raconte que déjà aux époques les plus reculées les malades sont accourus de loin et de près pour y trouver le rétablissement de leurs forces et de leur santé. Avant son captage toutefois la source sommeillait au sein de la terre, et n’envoyait à la surface que des suintements plus ou moins notables, qui, tout en faisant entrevoir les précieuses qualités de ses eaux, témoignaient surtout de l’abondance de celles-ci dans les profondeurs.

Après une étude approfondie des conditions locales, on entreprit vers 1888 différents travaux de sondage, qui furent suivis du plus beau succès. La sonde donna le jour à une source tellement puissante, qu’il était difficile au premier moment de maîtriser l’écoulement de toute la quantité des eaux qu’elle charriait. Son rendement a été évalué à plus de 3000 hectolitres par 24 heures. La présence d’une source aussi abondante au plein milieu d’un terrain imperméable, non aquifère, connu plutôt à cause de sa légendaire pauvreté en eaux souterraines, devait paraître étrange et extraordinaire au premier abord, et cela d’autant plus que, peu de temps auparavant, l’Usine de Rodange, située à quelques kilomètres de distance seulement, avait fait creuser dans le même terrain un puits de 380 mètres de profondeur, sans y rencontrer la nappe d’eau souterraine qu'elle recherchait.

Le trou de forage de Bel-Val a été poussé dans le schiste bitumineux aussi loin que la force ascensionnelle de l’eau, mise à nu au fur et à mesure que la sonde avançait dans le sol, le permettait et pouvait être tenue en échec. Le travail ne fut interrompu qu’au moment où l’épanchement des eaux remontantes est venu le rendre impossible.

Dès lors la captation définitive fut décidée et elle a pu être menée à bonne fin sous la direction et le contrôle de deux ingénieurs distingués (Jean-Nicolas Klensch et Joseph Heuskin), vers la fin de 1890.

C’est ainsi que les eaux de la source Bel-Val arrivent à la surface sous l’impulsion de la force ascensionnelle qui caractérise les eaux artésiennes, et se rassemblent dans un large puits soigneusement cimenté. Ce puits est protégé contre les infiltrations du dehors par d’épaisses parois en maçonnerie étanche, doublées sur tout leur pourtour d’une forte couche d’argile imperméable.

Quand l’eau qui s’y accumule n’a pas une trop grande profondeur, on voit le jet de la source s’élever majestueusement au-dessus de sa surface en lançant dans toutes les directions les reflets argentins de sa limpidité cristalline, que les perles de gaz qui se dégagent par intermittence, illuminent et rehaussent discrètement par l’éclat de leurs étincelles brillantes.

La source de Bel-Val est donc une source artésienne dans toute la force de l’expression.

Bientôt après son captage un vit s’élever autour d’elle comme centre un groupe fort pittoresque de bâtiments divers destinés à l’exploitation industrielle de ses eaux, dont une analyse chimique complète et approfondie avait révélé toutes les propriétés généreuses et bienfaisantes.

Ce groupe de bâtiments ne tarda pas à se remplir d’un outillage merveilleux, composé de machines à soutirer, de machines à boucher et de machines à étiqueter, répondant aux derniers perfectionnements réalisés dans la branche spéciale des eaux minérales, et travaillant presque automatiquement, de sorte que le «Guide du Grand-Duché de Luxembourg» a pu dire en parlant de son fonctionnement «que la bouteille passe, depuis son arrivée jusqu’au départ, par les nombreuses manipulations auxquelles elle est assujettie, sans fausse manœuvre, ni transport inutile».

Ajoutons que toute cette machinerie spéciale se trouve abritée sous des voussettes incombustibles, dont on a pu constater l’efficacité à l’occasion d’un incendie, qui en 1907 était venu fatalement détruire tous les approvisionnements de l’établissement.

La vue de tous ces bâtiments coquettement alignés l’un à côté de l’autre, se trouve agrémentée par l’entourage d’un magnifique parc de création récente, conçu avec art et avec goût, et formant une transition heureuse et in sensible entre la rigidité des constructions en maçonnerie et les ondulations naturelles du vallon verdoyant qui héberge la source.

L’eau de Bel-Val a fait son apparition sur le marché en 1893. Depuis cette époque elle s’est attiré de jour en jour un nombre plus grand de zélés et reconnaissants adhérents et d’ardents admirateurs.

Ses précieuses qualités comme eau de table à la fois et comme eau thérapeutique, lui ont fait gagner rapidement les faveurs d’un public consommateur nombreux et choisi, autant que les suffrages unanimes des premières autorités du monde scientifique et médical.

Nous ne saurions mieux terminer ce chapitre qu’en transcrivant en cet endroit un alinéa du Guide du Grand-Duché de Luxembourg, déjà mentionné plus haut, qui, tout en rendant compte de l’importance actuelle de l’établissement, résumé en quelques belles paroles, pleines d’un sincère enthousiasme, l’immensité de l’effort qu’il a fallu faire pour amener Bel-Val à son développement actuel :

«En contemplant ces bâtiments s’ajoutant l'un à l’autre, ces installations et cet outillage si perfectionnés, cette activité industrielle, et peut-être surtout ce parc avec ses massifs de verdure touffus et ses pièces d'eau, enguirlandées d’une végétation luxuriante et ombragée d'arbres cinquantenaires, on se reporte involontairement dix ans en arrière, alors qu’il n’y avait ici rien que prés et champs, pas une pierre d’un bâtiment, pas le moindre arbuste ni arbrisseau, la Source elle-même, tout récemment captée, n’étant marquée que par une petite baraque en bois, qui l’abritait provisoirement. On est étonné que tout cela ait été créé depuis, installé, construit, planté ou transplanté. On se rend compte qu’un effort scientifique et commercial tout aussi important pour l’étude de la Source et la propagation de ses produits dans le monde, a dû accompagner l’effort fait sur place, et l’on est pénétré peu à peu du sentiment d’une œuvre considérable, accomplie dans un temps relativement court.»

(LIL: 7.9.1909)

1907/08 Personnel / Belegschaft: 50
   
 

Société anonyme générale des eaux minérales de Bel-Val, siège social à Luxembourg, succursale à Bel-Val

Vente des produits de la source de Bel-Val ainsi que toutes les opérations quelconques se rattachant à ce commerce ou de nature à en favoriser le développement.

Capital social : 200.000 fr.

Conseil d'administration: Henri Braunshausen, directeur à Dieuze (Lorraine), président ;

Administrateurs : Emile Wilhelmy, avocat-avoué à Luxembourg, Jean Schwebag, rentier à Mersch.

Administrateur-délégué pour l'expédition des affaires courantes: Henri Braunshausen.

Société constituée par actes des 14 avril et 24 décembre 1902, approuves par arrêté g.-d. du 6 janvier 1903 ; statuts modifiés par acte du 11 mai 1903, approuvé par arrêté g.-d. du 28 octobre 1903

La société est administrée par un conseil d'administration composé de trois membres au moins et de cinq membres au plus ; le conseil d'administration est investi des pouvoirs les plus étendus pour l'administration de la société et la représente en justice; il peut déléguer tous ou partie de ses pouvoirs pour l'expédition des affaires courantes à un ou plusieurs de ses membres de même à une ou plusieurs personnes prises en dehors de son sein.

(Inscription au registre aux firmes N° 121 - Du 22 juillet 1910)

   
29.12.1919 Consitution de la Compagnie des Eaux minérales de Bel-Val

Capital: 375.000 LUF

Directeur: Robert Steichen
1920

Compagnie des eaux minerales de Bel Val, Société anonyme, siège sociale à Bel-Val, commune de Sanem, section de Belvaux, Grand-Duché de Luxembourg. - Exploitation industrielle et commerciale de la conseil Bel Val, un apport des opérations quelconque sur rattachant à cette exploitation ou de nature à un favoriser le développement.
Capital social: 375.000 fr.

Conseil d'administration: Président Henri Braunshausen, directeur du comptoir de Salines à Dieuze (Lorraine).

Administrateurs:
Emile Daubenfeld, industriel à Luxembourg,
Pierre Schneider (Pierre Schrader ?), directeur de la société de St. Gobain à Stolberg,

Administrateur délégué: pour l'exportation des affaires courantes: Henri Braunshausen.

Société anonyme conducteur par le nom avec l'ancienne société anonyme générale de eaux minerales de Bel-Val, suivant acte du notaire Luxembourg date du 29 décembre 1919, le dit acte public à l'annexe du Mémorial du 19 janvier 1920.
La société est administrée par un conseil d'administration composé de trois membres au même de cinq au plus. Le conseil d'administration possède tous les pouvoirs qui ne sont pas expressement reactives à l'assemblée générale soit par la loi sont par les statuts.
L'art. 25 énumére les principaux de ces pouvoirs. Fin de la société: 1er janvier 1910.

(Inscription au registre aux firmes N° 454 - Du 26 janvier 1920)

1920 Société anonyme générale des eaux minérales de Bel-Val.
La société est dissoute par suite de la création d'une nouvelle société et rayée à la demande des intéressés.

(Inscription au registre aux firmes N° 121 (Mém. 1910, p. 703) - Du 26 janvier 1920)
   
1922 Compagnie des Eaux Minérales de Bel-Val

Sa durée est prorogée de 30 ans à partir du 23 septembre 1922.
Le capital social est porté à un million de francs.
Le conseil d'administration sera composé de trois à neuf administrateurs.

Le conseil d'administration actuel se compose de MM.
Henri Braunshausen, directeur du comptoir des Salines de Lorraine à Dieuze, président et administrateur- délégué;
Hector Steyaert, industriel, Bruxelles, vice-président;
Raymond de Muyser, ingénieur, Luxembourg;
Jos. Fredez, industriel à Bruxelles, et
Gérard, notaire à Bruxelles, membres.
Administrateurs-gérant: MM. de Muyser et Fredez.

(Modification de l'iInscription au registre aux firmes N° 454 - Du 14 octobre 1922)
   
6.1923


Limonade Bel-Val
exquise - rafraichissante - disgestive
composée de sucre cristallisée et d'essence de 1ère qualité

Dépositaire général:
Probst - Metzdorf, Esch/Alzette
2 rue Logelin - Tél. 490

(t: 22.6.1923)

   
30.11.1923 Transfert de la marque de fabrique N° 2901 à la Compagnie des Eaux Minérales de Bel-Val à Bel-Val.
   
1924/25 Production de 2 millions de bouteilles par an
   
21.3.1925 - 31.12.1928 Charles Wagner, technischer Leiter
   
4.1934

Pierre Collé, Büderscheid - Generalvertretung "Mineralbrunnen Bel-Val" für die Kantone Clerf und Wiltz

(LW: 7.4.1934)

   
1935 Arrêt production
   
vers 1938 Acquisition du terrain avec les bâtiments par l'ARBED
   
1942-43 Camp de prisionniers
   
1958 Construction de l'agglomération d'ARBED-Belval sur le site
1997 Arrêt de l'agglomération sur le site
   
 
Source: Archives de la Commune de Sanem


Mineralbrunnen-Anstalt Bel-Val (Grossherzogtum Luxemburg) vor dem Brande vom 17. Mai 1907 -
Etablissement de la source minérale de Bel-Val (Grand-Duché de Luxembourg) avant l'incendie du 17 mai 1907 (Collection: Marcel Schlim)



Mineralbrunnen-Anstalt Bel-Val (Grossherzogtum Luxemburg) am Tage nach dem Brande vom 17. Mai 1907 -
Etablissement de la source minérale de Bel-Val (Grand-Duché de Luxembourg) au lendemain de l'incendie du 17 mai 1907 (Collection: Marcel Schlim)



Mineralbrunnen-Anstalt Bel-Val (Grossherzogtum Luxemburg) -
Etablissement de la source minérale de Bel-Val (Grand-Duché de Luxembourg) (Collection: industrie.lu)


Pavillon de la Source Bel-Val (collection: industrie.lu)


La Source Bel-Val en 1905


Gefangenenlager 1944-45 - in der Mitte der Filterturm

 

Produits - Produkte
    Début production   Fin production

cruche en argile émaillée de couleur brun

0,425 l; 650 gr

1892   1902
       
  1902    
       
       
Limonade Bel-Val à l'eau minérale
1907    
         
  Pastilles au calcium et au fer      

 

 

Publicités - Werbung:


Source Bel-Val
Eaux minérales
Limonades
Acide carbonique - Grand Almanach Babert - 1922 (Collection Charles-Louis Aschman)


S.A. générale des eaux minerales de Bel-Val Grand-Duché de Luxembourg - La plus hygiénique des Eaux de table - La plus agréable des eaux médicinales


S.A. générale des eaux minerales de Bel-Val Grand-Duché de Luxembourg - La plus hygiénique des Eaux de table - La plus agréable des eaux médicinales (Collection: industrie.lu)


Mineralbrunnen Act. Ges. Bel-Val - Ein äusserst hygienisches Tafelwasser - Ein höchst angenehmes Heilmittel

 

Publicités - Werbung:

Demandez partout l'eau minérale de la Source Bel-Val - 1921 - Dans: VILLE D’ESCH S/ALZETTE 22me Fête fédérale de l’Union des Sociétés luxembourgeoises de Gymnastique (Collection : Charles-Louis Aschman)


Offene Stellen - 1909 (General-Anzeiger) (Scan: Serge Kugener)


Société Fermière des Eaux minérales de BEL-VAL
L'Agence Centrale de Luxembourg est concédée à Mr Henry Nathan - Reuter, Rue Joseph II, Luxembourg Microphone 627, Les commandes sont prises également par M. Gutmann (Luxemburger Zeitung Nr 118/119 28-29.4.1900)


Ernshofer Mineralwasser von der Quelle Bel-Val, Ernshof bei Beles - 1893
Lokalagente: Schmit-Krombach, Ettelbrück und Mich. Faber, Ulflingen
E. Heymes, Concessionar der Quelle


Carte de 1930 (collection: industrie.lu)

Die "Source Bel-Val" verfügte über eine Feldbahn zum Verladequai an der PH-Linie bei dem Halt Belval-Usines. Dort befand sich auch eine Lagerhalle. Die "Source Bel-Val" besass auch einen privaten PH-Güterwagen.

La S.A. générale des eaux minerales de Bel-Val disposait d'une voie ferrée (600 mm?) vers le quai de chargement, qui se trouvait près de l'actuel arrêt Belval-Usines

Wagon PH

 


Bibliographie
  Titel - Titre
Author - Auteur - Autor
Date
Edition - Verlag
Contents - Contenu - Inhalt
Pages - Seiten
ISBN
 
  Gaston Gengler 1980 20ème anniversaire cercle vocal bel val - metzerlach"

Société Fermière BELVAL 1898

Société Anonyme Générale des Eaux Minérales de BEL-VAL 1895

Mineralbrunnen A.G. Bel-Val in Bel-Val 1920

36-102  
VILLE D’ESCH S/ALZETTE

22me Fête fédérale de l’Union des Sociétés luxembourgeoises de Gymnastique

  1921  

Programme des Festivités des 2 - 3 - 4 juillet 1921

Prix : 1 franc

106  

Liens / Links
Spruddelwaasser / Limonadsfabriken - Eaux minérales / Limonaderies - Mineralwasser / Limonadefabriken
Station / Gare / Bahnhof Belval-Usines

This is not the official page of this company. Any information or picture completing these pages is welcome! For more information just send us an e-mail.

Ceci n'est pas la page officielle de cette firme. Toute information ou photo pouvant compléter ces pages est la bienvenue! Pour des informations supplémentaires, veuillez nous envoyer simplement un e-mail.

Dies ist nicht die offizielle Seite dieser Firma. Jede Information oder jedes Foto, welche(s) diese Seiten vervollständigen, ist herzlich willkommen! Für mehr Informationen, senden Sie uns einfach eine E-mail.

 

Created by / Créé par / Copyright: jmo