Schmelz
Usine
Hütte

(France)


Usine d'Ottange en 1902 (Louis Glaser, Leipzig)


Historique - Geschichtlicher Überblick
1468 Forge "supérieure" (Uttinger Eysenschmitt) à la route d'Aumetz
   
1498 Propriété de Eva von Uttingen mariée à Peter von Eltz
   
1515

Bernard von Eltz constuit une nouvelle forge avec fonderie

Bernard von Eltz (Sohn von Peter) errichtet ein neues Eisenwerk mit Schmelzofen in Öttingen

   
  Haut-fourneau à / Hochofen in St Félix
   
 

2. haut-fourneau à / 2. Hochofen in St Félix. La fonte a été transformée à la forge St. Antoine.

Das erzeugte Roheisen wurde im Spaltwerk und in der Schmiede St. Antoine verarbeitet

1670

Achat de la forge de Rumelange de Aug. Lanser - Uttinger

par Charles Henri von Eltz et Marie-Régine de Kesselstadt

1718 Vogt Franz Leopold von Hunolstein marie / heiratet Johanna Barbara von Eltz
   
vers 1760 Jacques Trotyanne, administrateur des forges d'Ottange
   
1810 Antoine von Hunolstein
   
1828

Forges d'Ottange, exploitées par Cochard

(Voyage du Roi dans les départements de l'Est - 9.1828)

1828/29

Médaille d'argent - Exposition des produits de l'industrie départementale

Trotyanne et Cochard d'Ottange

Les forges d'Ottange ne produisent qu'une seule qualité de fer; mais il est nerveux et très - estimé. On le consomme dans le département.

(Mémoires de l'Académie Royale de Metz 1828-29)

>=1839 Cochard, maître de forge, maire d'Ottange
  François Cochard - Henrion (1809-1883), maître de forges à Montmédy
1843-1844

F/14 4428. MOSELLE
dossier 33. Addition d’un haut-fourneau à l’usine du comte Paul Hunolstein à Ottange. Plans

(source: Archives nationales de France)

   

1846

Schlincker, ingénieur de l'Ecole Centrale ECP promotion 1841, ingénieur, directeur des travaux aux usines d'Ottange (Moselle)

Jacques-Michel-Adolphe Baron Schlincker (1818 - 1905), Ingenieur des Arts et Manufactures (1849: Hütte Kreutzwald, 1874: maître de forge à Creutzwald)

   
1847-1857 Construction de 2 hauts-fourneaux / Bau 2 neuer Hochofen
<=1837

Maison Robouam, Jahiet et Co, 222 rue St-Antoine, Paris

E. Jacob, nég. de fer, Metz, dépôt des usines d'Ottange

<=1857 Jahiet F. et Gorand fils, fers et aciers, dépôt des fers martelés au bois, des forges d'Ottange, 177 rue St-Antoine, Paris

<=1857

>=1862

Jahiet F. et Gorand fils, fers et aciers, dépôt des fers martelés au bois, des forges d'Ottange, 177 rue St-Antoine, Paris

Jahiet, De Saint-Denis et Bonnin, fers et fontes
Castex 14 et 15

<=1858

Gorand et Cie - fers
Saint-Saens, Seine-inférieure

<=1858 Ottange: Haut fourn., platinerie, 4 feux de forges, une fenderie, une pelleterie
1859 Décret du 19 novembre 1859, autorisant le comte d'Hunolstein à ajouter un troisième haut fourneau aux usines qu'il possède à Ottange (Moselle)
   
   
  Décret du 9 septembre 1861, autorisant le comte d'Hunolstein, à établir deux hauts fourneaux à Hettange-Grande (Moselle) ; X, 397.
   

1862
-
1882 ?

Forges d'Ottange

loués par Jahiet, E. Gorand et Lamotte

   
1865 Coke
   
>=1869

Jantot, ingénieur de l'Ecole Centrale ECP promotion 1869, ingénieur aux hauts-fourneaux et forges d'Ottange

1874: Jantot Jacques-Edmond, directeur des hauts-fourneaux et fonderies à Mertzwiller (Alsace)

   
   
1.9.1882

Charles Lamotte junior, directeur des forges d'Ottange

Accident de chasse mortel de Charles Perlot, lors de la chasse de chevreuil en compagnie de Charles Lamotte junior, le frère de Charles Lamotte junior et un garde de chasse

(Sources: Journal du Loiret N° 213 - 9.9.1882 / LW: 9.9.1882)

   
1875

Le 4.4. et le 20.7.1875, MM. Jahiet, Gorand, Lamotte et Cie, maîtres de forges à Ottange, demandèrent l'autorisation de faire des recherches dans le second îlot émergé, situé près d'Avril. Ces recherches consistèrent en 2 puits. Un autre sondage, situé plus à l'ouest, trouva le gîte rejeté à plus de 100 m de profondeur.

Le 20.9.1875 MM. Jahiet, Gorand, Lamotte et Cie produisirent une demande en concession s'étendant sur les territoires de Trieux et d'Avril à l'appui de leurs travaux.

Renouvellement de leur demande pour la concession le 23 mars 1881.

Ceux-ci obtinrent, le 1er septembre 1883, la concession du « Bois d'Avril » (432 ha), devenue depuis la propriété de MM. de Wendel et Cie, vendue à MM. de Wendel.

(Source: Étude complète du bassin ferrifère de Briey et de la formation ferrugineuse lorraine : les mines & usines au XXe siècle, Francis Laur, 1901)
12.1875 E. Gorand, maître de forges (Souscription au profit du bureau de bienfaisance à Luxembourg)
12.1877 E. Gorand, directeur-gérant (Souscription au profit du bureau de bienfaisance à Luxembourg)
   
6.1878

Luxembourg

La cessation presque complète des expéditions vers la France et le ralentissement de la fabricationen Westphalie, nous forcent depuis quelque temps à restreindre un peu la production, pour ne pas mettre en magasin. Il s'est cependant traité encore quelques petits lots cette semaine à 47 fr. gare des usines.

L'importante fonderie d'Ottange-Rumelange prend tous les jours plus d'importance sa fabrication spéciale de tuyaux va, aujourd'hui faire concurrence aux fonderies allemandes jusqu'aux extrémités de l'Allemagne. Les minerais sont relativement moins bien partagés. Les belles exploitations Thomas Byrne sont bien réduites, c'est à peine si elles chargent aujourd'hui le cinquième de ce qu'elles expédiaient il y a deux ans. Dommeldange et Saarbruck qui qui consomment eux-mêmes n'ont que peu ralenti.

(Le Fer. Revue métallurgique commerciale et financière - N°22 - 2.6.1878)

12.1879 E. Gorand, ingénieur directeur (Souscription au profit du bureau de bienfaisance à Luxembourg)
   
   
   
? Verhandlungen zwischen dem Grafen von Hunolstein und Karl Röchling zur Pachtung der Oettinger Grubenfelder und Hochöfen (allerdings ohne Erfolg)
20.6.1881

N° 166 - Constitution de la société en commandite simple: Jahiet, Gorand, Lamotte et Cie, forges et fonderies d'Avril (Meurthe-et-Moselle) , 55, boulevard de Strasbourg (A. P. 30 juin)
Durée: 25 ans
Capital: 2.000.000 fr dont 800.000 en commandite

(Journal des sociétés - Constitution de sociétés - 1881)

   
 

Luxembourg - On nous écrit de Rumeiange:

La Société des hauts-fourneaux de Rumelange fusionne décidément avec la nouvelle Société des hauts-fourneaux et forges de Rumeiange et d'Ottange. On sait que ces dernières usines, appartenant au comte d'Hunoistein étaient louées depuis un certain nombre d'années à MM. Jahiet, Goraud, Lamotte et C°, et que le bail finit le 1er avril prochain. La nouvelle Société d'Ottange, à la tête de laquelle se trouve M. Pescatore, aurait loué les usines d'Ottange pour 45.000 fr pendant 40 ans.

(Le Fer. Revue métallurgique commerciale et financière - N°6 - 6.2.1883)

1881 Loués par Antoine Pescatore - Louis Zoude & Cie
   
1881-1885

Charles Martha, directeur des Usines Rumelange - Ottange

   
1882-83

LA DÉCOUVERTE DE BRIE

La Roche-sous-Montigny, le 11 mars 1898 (Par Cons-la-Granville) (M.-et-M.).

Monsieur Francis Laur,

J'ai lu avec grand intérêt l'article patriotique que vous avez publié dans votre estimé journal du 3 février dernier, au sujet de la note présentée à l'Académie des Sciences par notre distingué compatriote. M. G. Rolland, ingénieur en chef des mines, sur le nouveau bassin minier de Briey, appelé par lui bassin d'entre Moselle-et-Meuse.

Le pays peut, en effet. se féliciter de ce que de hardis chercheurs soient venus lui apporter 22.000 hectares de belles couches de mines de fer. et porter ainsi le total de la surface minière reconnue à 54.000 hectares, tandis que le bassin Lorrain qui nous a été arraché en 1870 ne comporte que 40.000 hectares au maximum.

Permettez-moi cependant de fixer par la présente un point historique de ces découvertes:

Sans contester les mérites de MM. Sépulchre et Lamotte qui ont obtenu des concessions minières à Homécourt et dans le bois d'Avril en 1882, nous devons relever que les recherches faites de 1882 à 1883 le long de la frontière à Crusnes, Serrouville, Sancy, Saint-Pierremont et Avril, n'avaient donné aucun résultat; ce qui a permis à Braconnier de conclure dans son ouvrage, page 290, paragr. 371 : « Terrain suivant la frontière entre Avril et Villerupt. - Le gîte avantageusement exploitable du paragr. 370, découvert par Lamotte, se prolonge-t-il le long de la frontière sur les territoires de Trieux, Sancy et Audun-Ie-Roman ? Cela parait fort douteux : les Iravaux de recherches exécutés près de Sancy semblent avoir donné des résultats absolument négatifs. »

Malgré celte conclusion désespérante, mon associé M. Gauche, chef d'escadron d'artillerie, a étudié en 1892, avec moi et un autre ingénieur de mines, la formation ferrugineuse des deux côtés de la frontière franco-allemande, depuis Crusnes jusqu'à Avril, et nous avions ainsi acquis la conviction que les résultats négatifs de 1883 à Saint-Pierremont, Avril et Sancy, ne pouvaient être que le fait d'accidents géologiques purement locaux et nullement susceptibles d'être étendus sur toute la région. Aussi, malgré les railleries de certains maîtres de forges, n'avons-nous pas hésité à sacrifier des sommes considérables aux. nombreux sondages que nous avons exécutés.

Le succès a répondu à notre attente : nous avons découvert de puissants gisements de mine riche de toute première, qualité, et notre succès a été le point de départ de tous les forages exécutés depuis 1893 jusqu'à ce jour. C'est donc à nous que le pays est redevable de la découverte du nouveau bassin d'entre Moselle-et-Meuse, et nous- sommes certains que le service des mines ne contredira pas notre déclaration; il a d'ailleurs bien voulu apprécier à l'époque et notre perspicacité et notre initiative qui ont eu pour conséquence d'ouvrir la voie à une série de recherches fructueuses.

Vous priant de vouloir bien publier ma lettre dans votre estimé journal, agréez, Monsieur l'assurance de ma considération très distinguée.

Ernest GODCHAUX, Industriel et ingénieur

(L'Echo des mines et de la métallurgie - 17.3.1898)

12.1882 E. Gorand, maître de forges (Souscription au profit du bureau de bienfaisance à Luxembourg)
<1883

Les conduites en fonte de la distribution d'eau d'Anvers ont été fournies par Jahiet, Gorand, Lamotte et Cie, Ottange et Cochrane & Cie, Middlesbrough

(Le Genie Civil N° 24 - 15.10.1883)

12.1883 E. Gorand, directeur (Souscription au profit du bureau de bienfaisance à Luxembourg)
3.3.1883

Société des Hauts-Foumeaux et Forges de Rumelange et Ottange

A. Pescatore - Louis Zoude & Cie

   
1884

La Société des forges de Rumelange vient de mettre à feu son troisième haut-fourneau. On annonce aussi que la même Société, fermière des usines d'Ottange, allumera bientôt son troisième haut-fourneau dans cette localité, de sorte qu'elle travaillera bientôt avec six hauts-fourneaux.

(L'Echo des mines et de la métallurgie - 16.11.1884)

   
1885 - 1888

Rebuffet André, directeur des Usines Rumelange - Ottange

(Saint-Etienne, 1872), précédemment ingénieur aux usines de la Compagnie de Pont-Evêque, à Givors, vient de prendre le poste de directeur des usines de Rumelange et Ottange (Alsace-Lorraine)

(L'Echo des mines et de la métallurgie - 5.7.1885)

   
15.4.1886

Die Gefahr, daß die Arbeit an den Rümelinger Hochöfen eingestellt würden, dürfte dadurch gebannt werden, daß die Hauptgläubiger in einer auf heute, 15.4.1886 anberaumten Versammlung einen Fond bilden behufs Fortsetzung des Betriebes. Die Activa dieser Hochöfen sollen etwa 10 Millionen, die Passiva zwischen 4-5 Millionen betragen, so daß die Gefahr für die Gläubiger gar nicht so groß wäre. Auf die von der Rümelinger Gesellschaft betriebenen Hochöfen von Öttingen ist vom Eigentümer derselben, Graf Hunolstein, Beschlag gelegt worden.

(LW: 15.4.1886)

11.6.1886
 
Kaiserliches Patentamt - Patentschrift N° 38793 - Robert Hinsberg à Ottange
Verfahren zur Fabrikation von Zinkcarbonat, welches als weiße Farbe dient - Fabrication de carbonate de zinc comme couleur blanche, chimique
   
1888 Reprise par / Übernahme durch S.A. des Hauts-Fourneaux de Rumelange
   
1890

En Meurthe-et-Moselle, nous voyons toujours les fontes tenues à 85 fr. l'affinage et 95 fr. le n° 3 de moulage. L'activité est très grande partout et particulièrement aux fonderies de Pont-à-Mousson. On poursuit, dans cette usine, le montage du matériel provenant des fonderies d'Ottange, comprenant plusieurs grues et les accessoires des fosses pour couler les tuyaux debout. La marché des usines de Pont-à-Mousson est toujours des plus prospères; on a distribué 9,5 % au dernier exercice, amortissements statutaires et réservés déjà faits.

Les. actions qui étaient depuis longtemps entre les mains de MM. Roechling frères, les notables commerçants en charbons de Sarrebruck, ont été acquises, dn le sait, par M. Rogé, par la Société Nancéienne et par la maison Lenglé et Cie, banquiers à Nancy. Reprises au pair, soit à 1,000 fr., elles, valent aujourd'hui 1,500 fr.-, dit-on. C'est un beau denier, comme on voit.

(L'Echo des mines et de la métallurgie - 23.2.1890)

   
1895

LES HAUTS-FOURNEAUX DE RUMELANGE

La Société de Rumelange a prolongé pour une nouvelle durée de 50 ans le bail qui lui assurait l'exploitation des hauts-fourneaux d'Ottange et s'est assuré, à la suite de cette prolongation, le droit d'extraire le minerai sur une plus grande étendue de l'ancienne concession du comte d'Hunolstein. Par ce nouveau contrat de bail, Rumelange est en mesure, si l'intérêt social le commande, de transformer l'usine d'Ottange par la création de grands fourneaux modernes en remplacement des deux petits fourneaux, anciens qui ne produisent que 45 tonnes de fonte par jour. Nous n'avons pas appris que cette transformation fût à l'étude, moins encore décidée ; mais il est certain qu'elle sera possible dès qu'on voudra la faire et que l'usine nouvelle d'Ottange, alimentée pendant de très longues années par des minerais à proximité, sera dans une excellente situation comme prix de revient. La transformation sera aisée, d'un autre, côté, grâce à la situation financière de Rumelange. Depuis sa création la Société a fait des amortissements à concurrence de 1.671.000 fr, dont 262.000 fr effectués sur le bénéfice du dernier exercice ; elle a de la sorte assis son crédit sur des bases sérieuses et a pu, cette année convertir en 1 % ses anciennes obligations 5 %.

(L'Echo des mines et de la métallurgie - 24.3.1895)

   
1896

Hauts-fourneaux de Rumelange -  Le Conseil d'administration vient de décider de proposer un dividende de 50 francs, égal à celui de 1894-1895. Les actionnaires seront, en outre, convoqués en-Assemblée générale extraordinaire,  à  l'issue de l'Assemblée statutaire du 27 juin, en vue de coter les voies et moyens pour transformer l'usine d'Ottange, dont le bail a été l'an dernier renouvelé pour une période de 50 ans. Les frais de transformation sont estimés à environ  2 millions. D'après les propositions du Conseil, il y serait pourvu par la création de 1.500 actions nouvelles et de 2.000 obligations 4 %; remboursables à 510 francs en 30 ans.
Sur ces 2000 obligations, 1500 seraient immédiatement émises, en même temps que l'augmentation du capital actions. Quant aux 1.500 actions nouvelles, elles seraient offertes par préférence aux actionnaires à raison d'un titre nouveau pour cinq années, au prix de 900 francs, les titres ainsi créés participant au dividende de l'exercice 1896-97 qui vient d'être commencé le 1er mai. Telles sont les propositions qui seront soumises à l’Assemblée générale des actionnaires.

(L'Echo des mines et de la métallurgie - 31.5.1896)

   
1896 - 1911

Henri Chandelon, directeur des Usines Rumelange - Ottange

   
 

Louis Renson, directeur de l'Usine d'Ottange

(LP)

   
1897 - 1900 Modernisation et aggrandissment des hauts-fourneaux / Umbau und Vergrößerung der Hochöfen
   
1905

Fusion avec / Fusion mit Société des Hauts-Fourneaux et Aciéries de St. Ingbert:

Société anonyme des Hauts-Fourneaux et Aciéries de Rumelange - Saint Ingbert

   
1906 Construction d'un 3. haut-fourneau / Bau eines 3. Hochofens
   
1907

A Ottange nous avons ajouté un appareil à chacun des deux fourneaux existants. Le troisième fourneau d'Ottange sera terminé vers la fin de l'année, ainsi que la nouvelle installation, comprenant nouvelle machine soufflante, centrale électrique, épuration des gaz, etc.

(L'Echo des mines et de la métallurgie - 27.6.1907)

1907

2 haut-fourneaux, fonderie, 230 ouvriers, 79.770 t de fonte / an

Aciérie Saint-Antoine a fermé en 1882, à sa place fonderie de cuivre 5 ouvriers

4 mines de fer: Öttingen (Société de Differdange, Neuling, (Société de Rümeling), Sterkrade et Sterkrade-Annexe (Gutehoffnung, Oberhausen), 371 ouvriers, 365.698 t de minerai / an

(Notice descriptive et statistique sur la Lorraine, Ministère de la Guerre - 1907)

   
1911 Reprise par / Übernahme durch Gesellschaft Deutsch-Luxemburgische Bergwerks- und Hütten A.G. Abteilung Differdingen
   
1919

Reprise de l'Usine d'Ottange par l'Usine de Rombas.

Aus der "Deutsch-Luxemburgische Bergwerks- und Hütten-A.G." in Differdingen entsteht die neue Gesellschaft "Hauts-Fourneaux et Aciéries de Differdange, St. Ingbert, Rumelange" (HADIR)

Usine d'Ottange est louée par HADIR

   
  Les 3 hauts-fourneaux sont hors service / Die 3 Hochöfen sind ausser Betrieb
11.1933

Die HADIR Hochöfen sind ausser Betrieb, werden aber noch immer unter Dampf gehalten

(LW: 30.11.1933)

  Fermeture de l'usine / Schließung des Werkes
   


Ancienne halle des locomotives de l'Usine d'Ottange (Photos: 1.9.2014 jmo)


Anciens ateliers, anciens bureaux / labos - ancienne halle des locomotives de l'Usine d'Ottange (Photos: 14.4.2015 jmo)


Locomotives à vapeur "St Louis" et "St Paul" devant la
halle des locomotives à Ottange (Photo collection: Marcel Schlim)


Anciens bureaux / géomètre de l'Usine d'Ottange (Photos: 1.9.2014 jmo)


Anciens ateliers de l'Usine d'Ottange (Photos: 1.9.2014 jmo)

 


Bâtiments de l'ancienne Usine d'Ottange (Photos:15.10.2011 jmo)


Restes de la base d'un haut-fourneau de l'Usine d'Ottange (Photos: 10.12.2001 / 1.9.2014 jmo)


Bassins d'eaux de l'Usine d'Ottange ? - Bâtiments de la Mine Ottange I ? (Photo: 14.4.2015 jmo)


Usine d'Ottange (Carte postale: Collection: jmo)


Usine d'Ottange (Carte postale: Edition Jacquin; Edition R. Lirot, 5 bis rue Mozart, Metz; Collection: Antoine Ghizzo)


Hüttenwerk Oettingen - 1910 (Carte postale: Kunstverlag N. Schumacher, Bad-Mondorf 1910; Collection: Antoine Ghizzo)


Eingang Hüttenwerk Oettingen - 1910 (Carte postale: Kunstverlag N. Schumacher, Bad-Mondorf 1910; Collection: Antoine Ghizzo)


Oettingen - Hochofenwerk mit Schacht der Grube Differdingen (>1905) - Ottange - Usine d'Ottange avec le puits de la minière Differdange


Seilbahn vom Schacht Oettingen I zu Oettinger Hütte, Stehbierhalle Enselbräu Ückingen - Flaschenbier - Limonade - Handlung - Peter Rettgen


Gare Ottange-Rumelange - Crassier d'Ottange - vers 1915 (Carte postale: Ch. Arendt, Rumelange, 5 Grand'rue; Collection: jmo)


Usine d'Ottange (Photo: Aschman Camille; Copyright: Photothèque de la Ville de Luxembourg)


Mine Ottange III (Photo: Aschman Camille; Copyright: Photothèque de la Ville de Luxembourg)


Vive St. Eloi, Ottange - 1913 (Collection: Antoine Ghizzo)


Locomotive à vapeur "St Louis" à Ottange / France (Photo collection: Marcel Schlim)


Locomotiveà vapeur "St Paul" à Ottange / France (Photo collection: Marcel Schlim)


Apprentis de l'Usine d'Ottange - 1ère rangée assis à gauche: Isidore Scherer (grand-père d'Antoine Ghizzo - 1906 ou 1907 (Collection: Antoine Ghizzo)


Usine d'Ottange - vers 1928 (Editeur: Nassogne-Donny)


Öttinger Schmelz - Usine d'Ottange - um - vers 1903 (Extrait d'une carte postale: Collection: jmo)


Usine "St. Paul" à Ottange (Collection: Marcel Klein)


In diesem Gebäude befand sich das frühere Walzwerk St. Antoine der Öttinger Hütte. Im Hintergrund die Ladebühnen der Erzgrube Hierzesprong (Aus: Daten aus der Luxemburgischen Eisenindustrie, n° XI. – Zusammengestellt von Camille Aschman, A-Z, 1935 – Collection famille Aschman-Bodson)


Ancien bâtiment de la Forge basse d'Ottange ?


Ottange - 1940 (Collection: jmo)


Fenderie - Platinerie - Le haut Tettange - 1820/1825
Petite mine de fer - Etang de la forge neuve - Martinet - Maison d'ouvriers
La Forge basse ou la vieille Forge


Galerie d'Ottange - Mine Ottange III - Sortie de galerie - Usine d'Ottange - Mine Ottange I (HADIR) - Situationsplan (Aus: Daten aus der Luxemburgischen Eisenindustrie, n° IX. – Zusammengestellt von Camille Aschman, A-Z, 08.1935 – Collection famille Aschman-Bodson)


St Félix - St Paul - Nehling - Walzwerk St Antoine - Plan de Rumelange - Ottange - 1901 (Collection: jmo)


Jeton de pain, potage, viande, café, vin, dessert, légumes, etc. des Usines d'Ottange - Moselle - 1862 (Collection: jmo)


Bulletin polytechnique - Die Eisenbahn - Le chemin de fer - Schweizerische Zeitschrift für Bau- und Verkehrswesen - Zürich - Band X N° 1 - 4.1.1879)
Bureau à Paris: 55 Boulevard de Strasbourg
H. Kägi & Cie, Winterthur


Carte postale des Charbonnage & Usine à coke de Ressaix aux Hauts-Fourneaux de Rumelange et Ottange
Ateliers de triage & Lavage de charbons
Evence Coppée à Ressaix-lez-Binche (Belgique) (Collection: jmo)
13.10.1887 - Expédition en gare à Ottange les wagons N° 87610, 87145, 85665, 85927, 86660 chargés de 50.000 kilos de coke métallurgique

Liens / Links
Usine d'Ottange - Industrial Railway / Le chemin de fer industriel / Die Werkbahn
Mine Ottange I
Mine Ottange III

Usine de Rumelange / S.A. des Hauts-Fourneaux de Rumelange / HADIR

 

This is not the official page of this company. Any information or picture completing these pages is welcome! For more information just send us an e-mail.

Ceci n'est pas la page officielle de cette firme. Toute information ou photo pouvant compléter ces pages est la bienvenue! Pour des informations supplémentaires, veuillez nous envoyer simplement un e-mail.

Dies ist nicht die offizielle Seite dieser Firma. Jede Information oder jedes Foto, welche(s) diese Seiten vervollständigen, ist herzlich willkommen! Für mehr Informationen, senden Sie uns einfach eine E-mail.

 

Created by / Créé par / Copyright: jmo

Last update / Dernière mise-à-jour: 3.3.2014